Catégories
Avis Clients

Hausse des prix au Maroc

La hausse des droits de douane, après la crise du coronavirus tourne à la punition collective au Maroc. Au niveau des centres commerciaux, mais aussi au niveau des retailers et enfin des clients marocains, la hausse des droits de douane passe mal.

En effet entre 2019 et 2020, la hausse des droits de douane sur les produits finis de consommation importés (hors des pays signataires d’Accords Libre Echange avec le Maroc) est ainsi passé de 25% à 40%.

Pour de nombreux retailers, centres commerciaux, mais aussi les clients marocains, cette augmentation cause d’énormes dégâts sur ce secteur qui emploie quelques 1,5 milion de personnes ! Cette hausse des droits de douane est vue comme une deuxième punition collective après celle du coronavirus.

« On a été très surpris vers la mi-juillet par la deuxième augmentation à 40%, surtout après 4 mois de fermeture », raconte Amine Abouyoub, directeur général de Mercure International of Morocco, distributeur exclusif des marques Puma, Under Armour, Asics, Levis, Diadora et Arena.

Une centaine d’enseignes concernées

Monsieur Amine Abouyoub exagère t’il la situation ? Vraisemblablement non, puisqu’il est suivi par une centaine d’enseignes constituées en fédération. Ces enseignes dans la mode, les cosmétiques, l’ameublement, le sport, le bricolage, la décoration, l’électroménager, la joaillerie, les jouets… Des enseignes structurées, telles que Kitea, GoSport, Decathlon, Bricoma et d’autres. A côté des produits marocains, celles-ci commercialisent pour leur grande majorité des produits importés.

« Cette décision touche directement le consommateur dans un contexte de crise lié à la pandémie qui a déjà fait baisser le pouvoir d’achat des ménages. Nous avons également investi énormément dans nos magasins pour créer des expériences clients aux normes européennes. Aujourd’hui, nous nous retrouvons avec des produits beaucoup plus chers, ce qui va mener forcément à une baisse de notre chiffre d’affaires, déjà mis à mal par les 3 mois et demi de fermeture de nos magasins pendant le confinement », explique M. Abouyoub.

Des dizaines de milliers d’emplois menacés

Selon les estimations de la fédération du secteur, les pertes d’emplois dues à cette baisse d’activité pourraient atteindre les 15%. Cela représente plusieurs dizaines de milliers d’emplois. Ils estiment également que l’augmentation n’aura aucun effet sur les recettes de l’Etat, si tel était l’objectif des pouvoirs publics. Car la hausse des droits de douane va induire une baisse des volumes importés. La baisse d’activité, et donc une baisse aussi bien des droits de douane, que de la TVA collectée ou encore de l’IS.

Pour un retour au taux de 25%

Selon Media24, des rencontres ont été ainsi organisées avec le ministre des Finances et le ministre de l’Industrie et du Commerce. Ceci pour présenter les effets négatifs de cette augmentation des droits de douane sur le secteur.  

Les acteurs du commerce en réseau ont également rencontré le directeur général de la Douane. Mais aussi des présidents de groupes parlementaires pour leur exposer leur vision des choses.

Objectif : faire passer un amendement dans l’actuel projet de loi de finances proposant un retour au taux initial de 25%.


Plus de 300 enseignes disponibles dans les Centre Commerciaux du Maroc, découvrez sur notre site : La liste des magasins, les horaires, les promotions, les événements à venir, les contacts, service de livraison, les recrutements, les actualités chaudes.

Votre avis compte ! Laissez un commentaire