Catégories
Mall du Maroc

BMCI abandonne la gestion des agences au Maroc

Le réseau d’agences bancaires de la BMCI est parmi les plus importants au Maroc. Il possède en effet pas moins de 370 agences réparties sur tout le Royaume. Néanmoins cette situation pourrait rapidement changer.

BMCI abandonne son immobilier

En effet, selon les dernières informations disponibles, la BMCI (Banque Marocaine pour le Commerce et l’industrie) projete de se séparer d’une grande partie de son réseau d’agences au Maroc. Le projet prévoit de créer une OPCI dont la gestion sera confiée à REIM Partners (Aradei Capital).

L’intégralité ou du moins une partie du réseau de BMCI serait concernée par cette mesure visant à se recentrer sur les activités bancaires. La BMCI abandonnerait ainsi la gestion de son immobilier professionnel au bénéfice de REIM PARTNERS (Aradei Capital) sous la forme d’une OPCI nommée « CLEO PIERRE ».

Continuité de l’activité des agences BMCI

La BMCI continuera d’exploiter son réseau d’agences, sous son nom et avec les mêmes équipes: mais deviendra locataire des bâtiments qui abritent ces agences. Pour les clients de la BMCI, il n’y aura donc aucun changement notable dans la manière dont la banque fournit ses services.

L’immobilier: une compétence spécifique

La gestion d’un parc immobilier comprenant 370 agences bancaires demande des besoins, des compétences et des ressources spécifiques. Celles-ci ne correspondent pas à celles d’une banque manifestement. C’est donc naturellement que la BMCI pourrait se tourner vers un spécialiste du domaine au Maroc: REIM Partners (Aradei Capital).

Aradei Capital, récemment entré à la bourse de Casablanca est notamment propriétaire des principaux centres commerciaux au Maroc. Il est spécialiste de l’immobilier au Maroc et semble ainsi mieux armé pour gérer l’immense parc immobilier de la BMCI au Maroc.

Ce partenariat durable entre les deux sociétés, permettant des synergies efficaces devrait, s’il devait avoir bien lieu, être accueilli favorablement par les marchés financiers. A ce stade, le public reste dans l’attente d’une confirmation officielle des deux sociétés concernées.

Votre avis compte ! Laissez un commentaire